Young Indiana Jones Chronicles

Des idées pour la prochaine soirée TV (films/séries)!
User avatar
Lord-Of-Babylon
prince
prince
Posts: 8036
Joined: Fri 17 Oct, 2003 23:21
Location: Tardis

Young Indiana Jones Chronicles

Postby Lord-Of-Babylon » Mon 27 Sep, 2010 08:34

Image


Le départ vers le soleil couchant d’Indiana Jones dans La dernière croisade semblait brillamment conclure une trilogie de légende. Toutefois si les aventures de l’archéologue prenaient fin au cinéma (du moins jusqu'à aujourd’hui) celui-ci pris un nouveau départ sur d’autres supports notamment le jeu vidéo et la télévision. Alors que l’un, de part son interactivité et sa plus grande liberté d’action se concentrait sur la période la plus connue du héros afin d’offrir au joueur de folles aventures, l’autre allait s’attarder sur une autre époque et se consacrer à atteindre un objectif bien différent. On notera toutefois que tous deux mettent bien en valeur la diversité culturelle des aventures de Jones faisant voler en miettes la théorie qui voudrait que chaque histoire se focalise sur un mythe judéo-chrétien.

Alors que les premières scènes d’Indiana Jones et la dernière croisade tentaient de montrer la création du mythe, Les aventures du jeune Indiana Jones vont se focaliser sur la construction de l’homme. La série nous montre le cheminement qui transformera le petit garçon puis l’adolescent en l’homme que nous connaissons via ses aventures à travers le monde. A ce titre si la trilogie cinématographique cite allègrement les bande dessinées de Tintin, il est intéressant de constater qu’à la même époque de la diffusion de la série, un autre personnage de bande dessinée ayant influencé Spielberg et Lucas pour la construction du personnage d’Indiana Jones, voyait ses origines traitées dans un comics. Pour quelqu’un s’intéressant à La jeunesse de Picsou les parallèles entre le chef d’œuvre de Don Rosa et la série télévisée consacrée à un des mythes du cinéma sont légion. Le plus pertinent étant celui sur la structure même du récit. En effet tout deux fondent la création de leurs héros via une longue et difficile quête initiatique où ils se révèleront peu à peu, prendront conscience de leur potentiel et lutteront contre leur coté obscur. Chaque histoire sera ainsi l’occasion d’une étape franchie dans ce difficile parcours qu’est la vie. En ce qui concerne Les aventures du jeune Indiana Jones, elles mettent le héros en face de choix difficiles et de décisions importantes qui le construiront bien plus intelligemment que la découverte d’un élément de l’imagerie du héros. En clair on se fout ici de savoir comment Jones a eu son fouet, on s’intéresse bien plus à la naissance de son appétit insatiable pour les civilisations anciennes et son goût pour l’aventure.

Néanmoins cette volonté de relater la jeunesse d’Indy n’est en fait qu’un prétexte pour Georges Lucas qui trouve là un bon moyen d’atteindre un autre but. A la fin des années 80, il voulut intéresser les gens à l’histoire via sa fondation pour l’éducation. Son projet était alors d’utiliser le personnage d’Indiana Jones comme témoin du XXème siècle. Même si le projet périclita, l’envie resta et Lucas démarcha alors les networks afin de proposer une série sur la jeunesse d’Indiana Jones. Celle-ci serait un moyen pour intéresser les enfants à l’histoire du monde et principalement de l’Europe. Une initiative louable si elle en est : en effet peu de séries peuvent se targuer d’avoir une vocation clairement pédagogique envers son public. Afin d’y arriver, l’idée fut lancée de centrer la série sur deux époques correspondant à des périodes fastes de l’histoire. Le tout début du XXème siècle et la Première guerre mondiale. Le fil rouge de ces histoires étant Indiana Jones à l’age de 93 ans (George Hall) racontant à qui veut l’entendre le récit de ses exploits passés.

Image


Première époque, Henry Jones Junior (Corey Carrier) a 8 ans. Avec ses parents et sa préceptrice, il parcourt le monde dans les différents endroits où son père donne des conférences. Deuxième époque, Indiana (Sean Patrick Flanery) a 16 ans et ment sur son age pour s’enrôler dans l’armée belge avec son ami Rémy. Dans chacune de ces grandes époques, Indy va vivre des aventures mais va surtout être le témoin des événements cruciaux de notre histoire et rencontrer des personnages illustres tels que Lawrence d’Arabie, Charles de Gaulles, Lénine, Picasso, Roosevelt, Freud, Albert Schweitzer, Joffre, Pétain, Al Capone, Hemingway, Clémenceau, Kafka etc etc. Bien que les rencontres soient évidemment fictives, il n’en reste pas moins que le contexte historique est strictement véridique. En cela Les aventures du jeune Indiana Jones est précurseur de séries historiques tel que Rome. Tout comme cette dernière d’ailleurs, les créateurs ne lésinèrent pas sur les moyens faisant de la série une œuvre de haut standing. Les épisodes se déroulant durant la Première guerre mondiale (Verdun-Septembre 1916, Somme-Août 1916 notamment) sont à ce titre bluffant pour une époque qui va voir dans les mois qui suivent les débuts à la télé de show plus ambitieux visuellement tels qu’Urgence, Homicide, NYPD Blues ou X-files. Enfin la série n’hésitera jamais à confronter Indiana Jones aux pires moments de l’histoire, aux stupidités des actes des hommes, ainsi qu’à son propre orgueil aux conséquences désastreuses. Voir pour s’en convaincre les épisodes Afrique Orientale Allemande-décembre 1916 et Congo-janvier 1917 tout deux écrit par Frank Darabont, l’une des grandes révélations du show, qui se lancera peu après dans la réalisation avec Les évadés.

Malgré les ambitions du show et son relatif confort financier, la série peinera à vivre. La faute probablement à une volonté d’instruire tellement mise en avant qu’elle alourdit le rythme des épisodes (et notamment ceux se déroulant durant l’époque où Indy avait 8 ans). Bien que la volonté de Lucas de ne pas faire une série d’aventure pure pour éviter la comparaison avec les films soit tout à fait compréhensible et légitime, il n’en reste pas moins que ce déséquilibre entre action et instruction causera sa perte. Voila encore une série qui peut retrouver une seconde jeunesse grâce aux dvd. Elle n’a finalement pas pris trop de ride, reste bien au dessus de nombreuses séries de son époque et prouve qu’on pouvait faire des choses ambitieuses sans forcément passer par la case HBO. Et puis franchement, un épisode (Le mystère du blues) avec Harrison Ford dans son rôle le plus célèbre, vous voulez vraiment passez à coté de cela ?

Image
Always look on the bright side of life...
http://lezocalo.blogspot.com/ : MAJ 31/10/10 - Veni, vidi, vici

Return to “Plateau télé”



Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 2 guests