Citoyens, réservez vos week-ends !!

Pour les discussions "de fond", sorties, cinés, etc.
User avatar
absinthe
ambassador
ambassador
Posts: 7164
Joined: Wed 29 Oct, 2003 16:19
Contact:

Postby absinthe » Mon 14 May, 2007 14:35

Chev > le texte que tu as posté est à la fois intéressant et flippant

Voici autre chose :
http://www.kozlika.org/kozeries/post/2007/05/09/Le-plus-agacant
un article d'un blog qui renvoit à d'autres articles avec notamment

journaliste :Si je veux faire littérature ancienne, je devrais financer mes études ?
Sarko : Vous avez le droit de faire littérature ancienne, mais le contribuable n’a pas forcément à payer vos études de littérature ancienne si au bout il y a 1000 étudiants pour deux places. Les universités auront davantage d’argent pour créer des filières dans l’informatique, dans les mathématiques, dans les sciences économiques. Le plaisir de la connaissance est formidable mais l’Etat doit se préoccuper d’abord de la réussite professionnelle des jeunes.


Selon le discours publié par l'UMP, Sarkozy aurait plutôt déclaré : «L'autre jour, je m'amusais, on s'amuse comme on peut, à r egarder le programme du concours d'attaché d'administration. Un sadique ou un imbécile, choisissez, avait mis dans le programme d'interroger les concurrents sur la Princesse de Clèves. Je ne sais pas si cela vous est souvent arrivé de demander à la guichetière ce qu'elle pensait de la Princesse de Clèves... Imaginez un peu le spectacle» .


Ca m'éclate parce que par exemple dans l'informatique, à force de former les gens, la filiale a elle aussi été bouchée......
Remarque, je comprends où il veut en venir Sarko : restreindre tout ce qui peut amener à la réflexion pour être réelu c'est pas mauvais comme tactique.

User avatar
shogun
baronet
baronet
Posts: 1019
Joined: Fri 22 Oct, 2004 14:52
Contact:

Postby shogun » Mon 14 May, 2007 14:44

Je viens mettre mon grain de sable...

Je suis pour la réforme des Universités et pour revoir justement le problème des filières sans issues (philo, psycho, socio, langues mortes...) qui pose un véritable problème et evidemment réactualiser les cours en fonction de l'évolution de notre société.
Je suis aussi pour un rapprochement Université/Entreprises...surtout au niveau de la recherche.
Il faudrait aussi revoir la politique des budgets qui est lamentable...les universités ne sont pas "pauvres", il y a de l'argent...mais par pour les étudiants. Certe il y a des problèmes financiers, mais c'est aussi de la faute de ceux qui bossent à l'université. Les personnes depensent tout le budget alloué pour être certain d'avoir le même budget la prochaine fois...même quand il n'y en a pas besoin...un gachi enorme, surtout au niveau du parc informatique par exemple (les pcs sont regulierements changés et evidemment c'est tjrs des superbes nouvelles bécanes...pour faire tourner word, excel...et les "vieux" pcs sont jetés -interdiction de les donner aux étudiants).
De plus, evidemment il y a des économies à faire au niveau de personnel administratif, car avec l'informatisation, bcps de postes n'ont plus lieux d'être.
Image
Le silence est la seule chose en or que la femme déteste.

User avatar
absinthe
ambassador
ambassador
Posts: 7164
Joined: Wed 29 Oct, 2003 16:19
Contact:

Postby absinthe » Mon 14 May, 2007 15:17

Chog > concernant les budgets qu'il faut dépenser pour avoir les mêmes l'année d'après, malheureusement c'est ainsi dans toute l'administration et j'ai compris pourquoi on en arrive là, c'est le sytème qui pousse à cela.
L'année dernière une partie du budget n'a pas été dépensé là où je bosse, on a eu une réduction de budget l'année d'après, mais en plus le surplus non utilisé par nous l'année d'avant a été mis dans un fon de roulement de l'institut, fond auquel ni l'état ni l'institut n'a le droit de prendre de l'argent :roll:
Reconnais que c'est idiot !

Je trouve cela malsain, parce que si une année tu dépenses moins, on devrait te féliciter et reverser l'argent à l'état, mais te redonner autant d'argent l'année d'après, il est normal que les dépenses fluctuent, malheureusement tel que c'est fait, c'est limite un punition d'avoir été économe !

Si je trouve que c'est bien de rapprocher les entreprises de l'université, il ne faut pas non plus supprimer les "filières avec moins de débouchées",  j'ai fait histoire médiéval, et au final j'ai un boulot. J'ai une copine qui est architecte et qui galère, je te rappelle aussi que Simidor a fait du droit et il est au chômage. En plus il faudrait que les entreprises acceptent de valoriser autre chose que les "scientifiques", je suis tombée sur des nanas avec doctorat de bio à qui on ouvrait les portes de l'informatique alors que ce n'était pas leur spécialité.
Malheureusement en science sociale ou lettre, les entreprises considèrent que tu n'a pas de compétences. Pourtant croit moi en histoire en décortiquant des textes, j'ai appris la synthèse, et je ne parle pas de l'entrainement au capes : on te donne un sujet que tu n'as jamais vu et en 2h00 à la bibliothèque tu dois pondre une présentation qui tient la route d'une trentaine de minutes.....
Je pense qu'il y a du boulot à faire pour réformer l'université, mais il ne faut pas tomber dans l'excès de ne former qu'à des métiers précis, non seulement parce qu'on n'est pas foutus en France de sentir le vent tourner (cf l'informatique) mais parce que sinon on va en arriver au "meilleur des mondes" on tu n'as pas le choix de ta filière   :?

User avatar
Chevalier Bayard
semi-god
semi-god
Posts: 27410
Joined: Tue 03 Dec, 2002 10:31
Steam ID: chevalierbayard
PSN ID: ChevalierBayard
Xbox Live ID: ChevalierBayard
Location: Winonist cyber-archbishopric
Contact:

Postby Chevalier Bayard » Mon 14 May, 2007 15:38

Juste pour rajouter un grain de sel au grain de sel, il est difficile de juger certaines filières comme "sans issues". Surtout celles que tu donnes en exemple car la psycho est carrément en vogue avec les réseaux de neurones et les sciences cognitives ou la frontière est mince avec le domaine de la philo qui offre en ce moment aussi pas mal de débouchés sur des domaines tels que la déontologie ou la démarche scientifique.

Pour moi le problème ne vient pas du domaine d'étude en particulier. De toutes façons c'est quand on commence à travailler que l'on commence à vraiment apprendre ce qui va nous servir. Mon premier jour de CDI en tant que programmeur mon écran est resté vide toute la journée :D

Je ne pense pas que l'adéquation de qu'on enseigne avec les prétendus besoin de la société à l'instant t où de toutes façons on commence nos études soit le problème. Les études servent à aider à réfléchir et à construire le socle de culture général qui servira toujours à un moment ou à un autre à faire la différence.

Non je pense que le problème vient plutôt qui on accepte où et surtout qui on entretient dans une bulle loin des réalités à faire croire en des compétences inexistantes durant plusieurs années ce qui aménent forcément à une rencontre brutale avec le mur des réalités en fin d'études.

Je me rappellerai toujours de mon premier jour en DEA d'Économie Appliquée où je n'arrivais pas peu fier (bon ok le lendemain car j'avais loupé la rentrée pour une bête erreur de calendrier :blush: :D).

Enfin bref, alors que j'arrivais à la salle du cours, je reconnaissais des personnes qui étaient en cours avec moi en DEUG et qui étaient à l'époque des brêles. Je déchantais du coup un poil sur mon DEA et cela n'a fait que se confirmer durant l'année où au final, de moi même j'ai décidé de bifurquer vers l'informatique et enchainer par un DESS car avec le DEA j'ai découvert un monde complétement artificiel où les bourses attribuée aux profs dépendaient des élèves qu'ils suivaient en thèse par exemple (je vous explique pas la gueule que m'a fait mon tuteur quand je lui ai dit que je ne continuerais pas...). Sans vouloir paraître trop prétentieux, je jugeais le niveau général de mes profs franchement très moyen, complétement spécialisés qu'ils étaient dans un domaine de recherche bien particulier qui n'avait tout simplement AUCUNE application pratique mais, étant bien spécifique récupérait des subventions...

Pour vous donner une idée, mon tuteur de mémoire était intéressé par mon mémoire qui mettait en balance une logique économique théorique et une logique stratégique pratique sur la gestion de l'innovation. Ben j'ai dû vraiment à l'époque lui faire des cours de stratégie des entreprises. Des trucs vraiment de base comme le cycle de vie d'un produit, etc, il ne les connaissait pas. :eek:

J'étais donc dans une promotion qui comptais parmi ses étudiants des nuls qui étaient passés d'années en années car il faut un certain nombre d'étudiant pour que la filière conserve ses budgets (et pour le coup on finance des étudiants sur un grand nombre d'années d'études alors qu'ils n'ont pas le niveau). Mais en plus j'avais des profs nuls directement issus de ce système.

J'ai eu l'occasion de parler avec d'autres qui ont fait des DEA en maths, en philo, en psycho, en histoire ou autre ... et ben tous me dressaient grosso modo le même tableau.

Un diplômé de DEA c'est un mec qui ne peut que demander un salaire élevé en fin d'étude parce que  quand même il a 5 ans minimum derrière lui. Mais il peut très bien être NUL et du coup on lui préférera toujours qq'un d'autre, moins diplômé et moins cher.

Quand je recrute des développeur, je ne regarde pas leur école je m'en contrefous. Je pose des questions, des problèmes et voit comment ils répondent. De même je fais beaucoup plus attention à leurs stages qu'à leurs éventuelles mentions.

Pour toutes les filière il y a des débouchés. Si tout le monde se met à faire des maths et de l'informatique on va pas être dans la mouise !! Non il fau de tout, encore faut-il que les employeurs (au sens large) soient convaincu du niveau des candidats et effectivement à force d'entretenir la surenchère des études longues on entretient les espoirs déçus. Alors que merde il y a plein d'études différentes avec des possibilités diverses. On ne va pas empêcher qq'un qui s'intéresse à l'art de faire Histoire De L'Art sous prétexte qu'il n'y a pas de débouchés !? Mais par contre je ne pense pas que cela soit intéressant et pour la société et surtout pour lui de subventionner (au sens large) ses études sur 7 ans si de toutes façons son niveau fait que son diplôme ne vaudra rien au final. D'où l'intérêt des concours et des filières variées, longues et courtes, pour que tout le monde trouve ce qui l'intéresse.

User avatar
Lord-Of-Babylon
prince
prince
Posts: 8037
Joined: Fri 17 Oct, 2003 23:21
Location: Tardis

Postby Lord-Of-Babylon » Mon 14 May, 2007 15:48

Il ne faut pas tomber dans cet excès inverse c'est non seulement parfaitement crétin c'est logique mais extrèmement dangereux. L'université et l'école ne sont pas là pour que tu es un métier, ce n'est pas leur finalité. Ce qui veulent nous faire croire ça sont les apôtres de l'esclavagisme moderne.

(pas le temps de développer là mais quand je lis là j'ai envie de lui éclater sa gueule au président là)
Always look on the bright side of life...
http://lezocalo.blogspot.com/ : MAJ 31/10/10 - Veni, vidi, vici

User avatar
shogun
baronet
baronet
Posts: 1019
Joined: Fri 22 Oct, 2004 14:52
Contact:

Postby shogun » Mon 14 May, 2007 15:54

Abs > à propos des Budgets, je suis tout à fait d'accords avec toi. C'est le système de budgétisation qu'il faut revoir.


Pas trop le temps de détailler, mais je ne suis pas pour une fermeture de certaines filières, mais pour que c'est filières soient plus restreintes...quitte à mettre un numérus closus avec choix sur dossier par exemple.
Image

Le silence est la seule chose en or que la femme déteste.

User avatar
absinthe
ambassador
ambassador
Posts: 7164
Joined: Wed 29 Oct, 2003 16:19
Contact:

Postby absinthe » Mon 14 May, 2007 15:56

Je ne sais pas comment c'est pour les DEA, mais pour le DESS que j'ai fait c'était sur dossier + entretiens, et surtout après la premiere phase de "qualifications", ils restaient 10 élèvent en trop : les premier qui trouvaient un stage (DESS en contrat d'apprentissage) étaient retenus....evidemment tu peux dire que c'est injuste parce que dans ces cas là tu en as toujours certaines qui obtiennent le stage par papa/maman, mais ce n'est pas le cas de tous et ça permet de voir ta motivation, ta capacité à te vendre...

Sinon j'ai tendance à penser comme Chev, il faudrait peut-être une meilleure sélection : c'est vrai que quand toi tu es là pour bosser alors que d'autres sont là clairement pour glander y a un problème....surout sur les filières surbookées, mais bon perso j'ai pas eu à me plaindre, on était 150 en 1ère année de DEUG histoire / socio et plus que 50 en 2eme année de DEUG histoire, j'ai vraiment eu de bonnes conditions  !

User avatar
shogun
baronet
baronet
Posts: 1019
Joined: Fri 22 Oct, 2004 14:52
Contact:

Postby shogun » Mon 14 May, 2007 16:06

Lord-Of-Babylon wrote:Il ne faut pas tomber dans cet excès inverse c'est non seulement parfaitement crétin c'est logique mais extrèmement dangereux. L'université et l'école ne sont pas là pour que tu es un métier, ce n'est pas leur finalité. Ce qui veulent nous faire croire ça sont les apôtres de l'esclavagisme moderne.

(pas le temps de développer là mais quand je lis là j'ai envie de lui éclater sa gueule au président là)


Oui enfin bon, jusqu'au BAC, je peux comprendre que l'école ne soit pas orientée métier...mais ensuite il est normal que les études supérieures soient plus orientées métier...on est plus il y a 1 siècle où le nombre d'universitaires était largement plus faible.
Si on commence à partir sur la voie de l'université ne sert qu'à la culture et épanouissement personnel...c'est completement stupide.
Image

Le silence est la seule chose en or que la femme déteste.

User avatar
Lord-Of-Babylon
prince
prince
Posts: 8037
Joined: Fri 17 Oct, 2003 23:21
Location: Tardis

Postby Lord-Of-Babylon » Mon 14 May, 2007 16:11

Si on commence à partir sur la voie de l'université ne sert qu'à la culture et épanouissement personnel...c'est completement stupide.


l'inverse l'est encore plus (et dangeureux)

mais comme je l'ai dit, j'ai pas le temps de développer

(C'est l'apprentissage qui doit t'apprendre un métier, pas l'université)
Always look on the bright side of life...
http://lezocalo.blogspot.com/ : MAJ 31/10/10 - Veni, vidi, vici

User avatar
absinthe
ambassador
ambassador
Posts: 7164
Joined: Wed 29 Oct, 2003 16:19
Contact:

Postby absinthe » Mon 14 May, 2007 16:20

Hé vous énervez pas !

Je comprends ton point de vu shog, l'université, n'est plus le lycée, mais reconnais que vu notre système scolaire, à 18 ans tu ne connais pas forcément tous les métiers et perso j'étais envieuse au lycée de ceux qui savaient ce qu'ils voulaient faire, mais ce n'est pas forcément le cas de tout le monde, ce ,n'était en tout cas pas le mien.
Et puis faut voir la qualité des conseillers d'orientation....sortis de boulanger, plombier ou charcutier, si tu leur dis que tu veux travailler dans l'édition ou les métiers d'art, y en a beaucoup qui sèchent.
J'ai connue un fille qui avait fait de la danse avec moi, c'est grâce à sa mère travaillant à l'ANPE qu'elle s'est orientée vers l'école Boulle, mais personne au collège n'a eu l'idée de l'orienté là dedans, alors qu'elle était super manuelle et que c'est clairement ce quelle voulait faire !


Return to “Le Café Klatsch”



Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 3 guests